• LES SAINTESLES SAINTES

    Cet archipel se compose de cinq ou six iles dont deux sont habitées; "TERRE D'EN HAUT (1800 habitants) et "TERRE D'EN BAS"( 1100 habitants). Situé au sud de la Guadeloupe sa population issue de Normands et Bretons est traditionnellement tournée vers la pèche et la construction des célèbres bateaux "SAINTOIS"

    Une rade superbe dominée par le fort Napoléon, avec des fortifications toujours en place et dont les canons ne tonnent plus sur les navires anglais donne un charme spécial à cet archipel. L'absence d'eau douce sur les deux iles empêche une culture intensive. C'est aussi la raison qui explique que les saintois n'ont pas connu la traite esclavagiste des noirs sur leur sol.

    LES SAINTESLES SAINTES

    La traversée du canal entre Dominique et Guadeloupe a été un peu sportif avec un temps breton entre crachin et grains accompagnés de saute d'humeur du vent d'est. Partis avec un petit temps , des la pointe de la Dominique les vent ont fraichi et la mer s'est creusée. Un ris, puis deux, trinquette et vents de 40 nœuds. Pas vraiment un temps antillais comme on imagine à la lecture des prospectus touristiques. La nuit sera elle aussi agitée autour de notre bouée de mouillage. ATANUA roule, tourne et s'agite toute la nuit. Le sommeil sera bref pour cette nuit.

    Nous serons plus au calme le lendemain après nous être déplacés. Nous préparons le réveillon et une visite de l'ile plus calmement. D'autres bateaux de la flottille amazonienne nous ont rejoints. C'est ainsi que six équipages se préparent pour la St Sylvestre.

    Nous envisageons de faire un petit tour de l'ile. La solution de location d'un scooter ou la réservation d'un taxi peut se faire. Comme nous sommes plusieurs bateaux nous optons pour le taxi collectif. Le chauffeur nous sert de guide et nous mène par une petite route au pied du "Chameau" (une heure d'ascension pour les courageux que nous ne sommes pas) qui est le point culminant de l'ile "terre de haut", puis vers le fort d'ou nous découvrons la baie avec au loin l'ile de Marie Galante, de la Dominique et la Guadeloupe. C'est un panorama de 360°magnifique.

    LES SAINTESLES SAINTES

    Le chauffeur nous laisse une heure pour la visite du fort et des jardins qui l'entourent.

    LES SAINTESLES SAINTES

    Puis revient nous prendre pour nous déposer sur la plage de "POMPIERRE" la plus belle de l'ile nous affirme t il. Il faut avouer qu'il ne nous a pas menti.

    Chemin faisant nous posons une question pratique: Ou peut on avoir un peu d'essence pour le moteur de nôtre annexe? La réponse est digne du royaume d'UBU. Il ya des voitures sur cette donc au moins une station service! Exact, une seule existe sur l'ile, mais il n'ya pas de route pour aller a cette station qui se trouve dans la baie de marigot sur la cote au vent dans un coin complètement isolé de l'ile a environ 1/2 heure a pieds par un petit chemin. C'est loin même en annexe mais c'est la solution la plus rapide et évite de porter les bidons! Le chauffeur nous explique que pour lui, faire le plein consiste d'ailleurs a faire cette manœuvre et prendre son essence en bidonnant par la mer.

    L'explication est simple: Il ya trente ans le maire avait la volonté de créer un pole technique dans cette petite baie. Mais depuis aucune route n'a pu être tracée pour des problèmes administratifs et d'interdiction d'abattre certaines essences d' arbres de l'ile. Depuis cela reste ainsi et aucune tentative de déplacer la station plus près du bourg n'a été possible! Rassurez vous tout le monde s'en accommode fort bien!

    LES SAINTES

    Le réveillon organisé dans un bon restaurant au bord de la plage nous a permis la transition de l'an nouveau. Rhum et langouste étaient évidement au rendez vous et le feux d'artifice a proximité.

    Départ le 2 janvier vers Marie Galante ou nous ferons escale deux jours avant de rejoindre Pointe a Pitre ou nous envisageons une semaine de visite de l'ile en passant par "Rivière Salée"

    UN PEU DE CULTURE

    Le fort Napoléon fut bâti au sommet du morne MIRE à l'emplacement du premier fort appelé "fort Louis", qui fut détruit par les Anglais en 1809. le fort servit de pénitencier, en temps de guerre, jusqu'au début du siècle dernier.

    C'est dans la baie des Saintes que les Anglais ont défait les Français lors d'une bataille entre les deux flottes composées de 36 navires chacune. Le "Ville de Paris" navire amiral commandé par l'amiral De Grasse y fut capturé ce qui etait une première lors d'une bataille navale. En général les bateaux énnemis etaient coulés.


    3 commentaires
  • LA DOMINIQUE

    Départ du port du Marin à La Martinique vers La Dominique aux premières  lueurs du jours. Réveil a 5 heures et nous sommes en route a 6 heures et croisons  Ste Anne par le bâbord et la pointe du diamant et son fameux rocher a tribord. Environ 70 nautiques nous attend et nous voulons être a Roseau avant la nuit. Le peu de vent nous inquiète et nous envisageons une halte a St. pierre si cela perdure.

    La DOMINIQUELa DOMINIQUE

    Sainte Anne et le rocher de la pointe du diamant

    Heureusement passée  la point du diamant nous touchons une jolie brise de sud est qui nous pousse allègrement à 7 nœuds . Nous passons St Pierre a 11 heures et nos craintes s'évanouissent pour notre arrivée à Roseau, la capitale de La Dominique.

    Nous sommes au mouillage vers 17 heures accueillis par Pancho qui avait été informé de notre venue par notre ami Patrick de "Django". accueil chaleureux et serviable qui contraste avec notre expérience un peu malheureuse à notre escale au port du Marin.

    La DOMINIQUE

    Trois bateaux de notre flottille amicale sont au mouillage en attendant "AMANEI" qui doit nous rejoindre au petit matin du lendemain. Notre escadre envisage donc une invasion de l'ile que nous demandons à Poncho d'organiser en louant un mini bus.

    A l'heure dites "AMANEI" et le Minibus sont arrivés. Nous partons en exploration immédiate malgré la fatigue de Nadine et son dernier quart de veille.

    Cette ile est luxuriante avec une végétation dense et des sources partout. Nous faisons halte sur les bords d'un lac ancienne caldera dite d'eaux froides puis une jolie cascade perdue dans un vallon au à pic vertigineux.

    Le chauffeur nous explique les sources chaudes et froides et nous ballade ensuite a pied en foret vers une source chaude ou l'on peut se baigner. Nous longeons un Mille pattes géant qui serpente et longe le chemin. Pour vous dire c'est une canalisation de environ un mètre de diamètre réalisée en bois comme un tonneau de plusieurs centaines de mètre et qui canalise l'eau vers des turbines afin de produire de l'électricité. Près de 80% des besoins de l'ile en énergie électrique proviennent de ces installations.

    La DOMINIQUELa DOMINIQUE

    Nous ne pourrons prendre notre bain car des touristes allemands sont arrivés ce matin sur un gros bateau de croisière et nous ont devancés dans la conquête de l'ile.

    La DOMINIQUELa DOMINIQUE

    CHERCHER L'ERREUR

    Nous repartons vers d'autres sites en faisant quelques haltes au bord de la route à la découverte de plantes étonnantes dont l'arbre "CANONBALL". Ses fruits ont la forme de boulets de canon et que l'on jette sur les ennemis, lorsqu'ils atteignent le but ils explosent et produisent une odeur pestilentielle. Dommage que les français n'aient pas utilise ce fruit dans les guerres incessantes contre les anglais pendant plus d'un siècle pour la possession de l'ile stratégique entre Martinique et Guadeloupe

    La DOMINIQUELa DOMINIQUE

    Dernière halte aux sources sulfureuses avec une petite installation thermale bonne pour la peau parait il. Le chauffeur nous promène ensuite dans les rues de la capitale mais comme nous sommes un dimanche, tout est clos. Tant pis pour le marché et les petites échoppes d'artisanat local.

    Au matin petit détour vers la douane et la police pour nos formalités d'entrée et de sortie de cette ile attachante et accueillante. A midi nous levons l'ancre pour longer la cote vers un coin de paradis et un mouillage de carte postale.

    BATALIE BEACH. Les conseilleurs n'ont pas menti. Ce petit coin avec un restaurant tenu par un couple Belge est vraiment une enclave du paradis sur terre. Un somptueux repas de langouste se prépare, que dis je un massacre voir une extermination. Manque de chance des touristes sont passes la veille et ont dévasté le vivier du restaurant. Pour nous consoler le chef nous prépare une orgie de WACOU qui est ici considéré comme une langouste de rivière. Il s'agit en fait d'énorme intermédiaire ente langouste et écrevisses.

    La DOMINIQUE

    Nous terminons notre repas vers 16h et nous décidons de passer la nuit dans cet endroit pour partir le lendemain directement vers les Saintes.

    Nous sommes le 27 décembre. Le mouillage des Saintes sera pour nous le petit coin pour la transition entre 20212 et 2013


    1 commentaire
  • Arrivée en MARTINIQUE le 18/12

    Nous avons déroulé les 28 miles en 3 heures et demie. Navigation sportive légèrement sur toilée dans les rafales. Un vent de 25 nœuds établi au près soit plus de 30 en réel apparent. Une mer creusée qui nous secoue pas mal et des vagues qui nous trempent malgré la capote.. Nous aurons d'ailleurs une très grosse vague que ATANUA enfourne allégrement et qui nous recouvre. Les marins LA MARTINIQUEsont trempés instantanément et de l'eau entre dans la cabine par le cockpit.

    LA MARTINIQUE

    L'accueil a l'arrivée dans la baie du MARIN (au sud ouest de l'ile de la Martinique) est conforme à nos craintes:

    -Personne à la VHF sur le canal 9 malgré un dizaine d'appesl (il est 13 heures et c'est encore la pose déjeuner)

    - après un appel sur le canal 16 où l'on nous fait remarquer que ce canal est réservé aux urgences et il nous renvoie sur le 9

    Bon je passe les détails de notre quête pour rester 4/5 jours  sur un ponton (cela a bien fait sourire le personne)l malgré notre besoin de petits travaux électriques sur le moteur. Mettez vous à l'ancre dans la baie et passez nous voir de temps en temps pour savoir  si une place se libère et surtout pas sur une bouée. Bonjour l'accueil !!!! Bonjour la France!!!

      LA MARTINIQUE

    Mais notre mauvaise humeur disparait lorsque nous retrouvons les amis de notre navigation sur l'amazone. Quatre bateaux sont dans la marina du Marin: DJANGO,AMANEI,FAROUEL et GWENILIG. Rien que de bons amis. MASKALI vient de partir vers la DOMINIQUE et il est question de le rejoindre pour Noel.

    nous faisons nos petites réparations et l'électricien qui vient a notre bord au mouillage a (peut être) résolu notre problème de propulseur. Pendant ce temps les réunions "apéro" se succèdent pour l'organisation du réveillon de Noel au ROSEAU la capitale de La DOMINIQUE.

    Les préparatifs vont bon train et il est vrai qu'il est agréable de faire les magasins comme en métropole. On retrouve des habitudes et le réapprovisionnement en est facilité. AH! de l'eau gazeuse et des yaourts frais. Nous irons jusqu'a retrouver nos habitudes en allant au LEADER PRICE comme à Colombes. Trop Fort!!!

    Départ demain 22 de la marina pour un mouillage forain dans l'anse de sainte ANNE pour regrouper les quatre bateaux avant de remonter vers le nord puis une halte à SAINT PIERRE et ensuite une courte navigation de 25 nautiques vers l'ile de la DOMINIQUE et la fête du réveillon de Noel pourra commencer

    LA MARTINIQUE

    Un petit moment de nostalgie commence à nous étreindre et pince le cœur en pensant au sapin de nos petits enfants. Peut être la dernier croyance au Père noël pour les quatre grands qui fêtent leur six ans. Nous pensons très fort a eux mais aussi à tous ceux que nous avons laisse dans la froidure de la métropole.

     


    1 commentaire
  •  

      

    En route vers Sainte LUCIE

    Nous partons de WALLALIBOU sur l'ile de Saint VINCENT au petit matin pour une courte navigation de 25MN soit environ moins de cinq heures de mer. La météo ne nous est pas trop favorable avec un vent de nord est de 20 à 25 nœuds ce qui est inhabituel en cette période. cela nous oblige de serrer le vent au près  avec un écart de route de 15°, ce qui finalement  allonge notre navigation de 3 nautiques. nous filons tout de même à 6.5 nœuds.

    Nous arrivons au deux pitons en fin d'après midi. Nous ne pouvons faire nos formalités car il n'ya pas de douane ni  de poste de police a cet endroit. Nous décidons de passer la nuit et de gagner l'anse de MARIGOT BAY le lendemain pour effectuer les obligation d'arrivée à Ste LUCIE.

    LES DEUX PITONS

    SAINTE LUCIE

    Le site des deux Pitons est magnifique mais le mouillage rouleur est très inconfortable. Peu de bateaux car le mouillage à l'ancre est interdit et les fonds de plus de 20 m sont difficiles. Des bouées existent (chères);

    SAINTE LUCIE

    Comme il se fait tard nous passons quand même le nuit. Bon, le paysage est somptueux mais ceci se paye par une nuit pénible.

     

     

     

    SAINTE LUCIE

     

    MARIGOT BAY

    le lendemain 15/12 nous partons vers MARIGOT BAY (courte navigation au moteur de 2 heures) pour arriver en milieu de matinée dans un site enchanteur de carte postale. L'accueil est chaleureux et les gens d'une extrême gentillesse.

    SAINTE LUCIE

    Beaucoup de bateaux sont autour de nous mais le coin mérite le détour , un vrai moment de détente "CARAIBES". Le soir nous passons un bon moment dans un restaurant que délivre une musique Jazz  année 60 par un orchestre et une très bonne chanteuse.

    Après une bonne nuit plus "cool" que la veille nous faisons une ballade sur la plage et au bord de la mangrove. nous décidons de nous arracher de ce petit paradis dans l'après midi en direction de RODNEY BAY a quelques miles plus au nord de l'ile.

    SAINTE LUCIE

    Nouvelle petite navigation de 6 MN au moteur car nous sommes vraiment "bout au vent" ce qui est étonnant, les alizés tardent vraiment cette année.

     

     

     

     

     

    RODNEY BAY

    Nous arrivons dans la baie de RODNEY en début de soirée en même temps que les derniers des participants de "l'ARC" qui terminent ici la traversée transatlantique en provenance des Canaries. Ouille! Cela fait 250 bateaux dans la marina dont les 4/5 sont Anglais! nous sommes un peu perdus en terre anglaise et Didier nous prépare un jaunisse et des coliques.

    Les gens de la marina sont adorables et font énormément d'efforts pour nous, bien que nous ne fassions pas partie de la meute anglo-saxonne. il nous déplacerons d'ailleurs pour nous isoler et nous permettre de nous raccorder a l'électricité sur le quai en 220v.

    SAINTE LUCIE

    Bien sur nous retrouvons les marchands ambulants de tout et de rien .Les petits marchands de Marigot ont plus de choix en légumes et en frais que sur cette grande marina ou l'influence américaine est évidente. Heureusement la chaleur des habitants de Saint LUCIE arrange tout.

    Nous décidons de rester deux jours pour  ne partir que le 18 décembre aux premières lueurs du jour après avoir fait le plein de nos réserves de carburant en détaxe avant de nous retrouver en Martinique et donc en France avec les taxes sur les carburants. La différence est de 40Cts d'euro par litre. soit environ 150 euros d'économisés.

    UN PEU DE CULTURE

    Sainte Lucie a été découverte comme la MARTINIQUE en 1502 lors du 4em voyage de Christophe COLOMB. Jusqu'au 17em siècle les Caraïbes restent maitre de leur ile. Après le massacre d'une colonie anglaise en 1639 l'ile accepte un traité avec les français en 1660.A partir de cette époque les combats entre français et anglais seront incessants et Sainte Lucie changea quatorze fois de mains. L'ile redevient une dernière fois française en1802 lors du traité d'Amiens, mais après les guerres napoléoniennes elle devient définitivement britannique en 1814. Comme pour la DOMINIQUE l'ile à conserve l'empreinte française avec de nombreux noms de lieux et surtout un patois proche du créole. Après une longue période coloniale marquée par le déclin des cultures suite à l'abolition de l'esclavage Sainte Lucie devient un état associé au Commonwealth. L'indépendance totale survient en 1979 et est suivie de troubles politiques avec un gouvernement pro-castriste. L'essor touristique semble aujourd'hui prévaloir et favorise les investissements étrangers. Depuis quelques années, la fréquentation de l'ile s'est fortement accrue avec surtout des bateaux venant de la Martinique.

    En route pour la Martinique et une navigation de 38 nautiques qui nous attend. Sans nous être favorable le vent tourne à l'est mais il fraichit aussi. Nous nous attendons a des vents de plus de 25 nœuds. Belle navigation à la gite en perspective. Annie va pouvoir essayer de laver les chandeliers et passavants


    votre commentaire
  •   

    Lagon bleu sur St. Vincent

    nous sommes en fin d'après midi au Lagon bleu. Il est vrai que le paysage mérite le détour. Nous avons donc quitté les iles Grenadines dépendant de S Vincent pour la grande ile.

    SAINT VINCENT

    L'entrée à "BLUE LAGOON" est délicate à cause du faible tirant d'eau entre les "CAYS"; Mais le chenal à 1.80 mètre est bien balisé.

    SAINT VINCENT

    Rencontre lors de notre promenade

      

    Nous restons pour la nuit et départ pour WALLALIBU dans la matinée du 13/12

    le 13/12/12 arrivée a WALLALIBU

    Ce village est situé au nord de KINGSTONE la capitale de l'état de St. Vincent juste au sud de CUMBERLAND BAY. l'arrivée est magnifique entre un piton rocheux au sud en une roche percée au nord. Un endroit magnifique ou l'accueil est chaleureux.

    SAINT VINCENT

    C'est ici que les films "PIRATES DES CARAIBES" ont été tourné. Les habitants sont fiers de nous montrer les vestiges du tournage et les photos tapissent les murs de ce que nous  appellerons le Musée du tournage. Un jeune garçon nous propose une visite de la cascade. Elle est à 1/4 d'heure de marche mais il est gentil et nous explique la flore que nous croisons en chemin. Il nous explique aussi qu'il fut un marin figurant dans le film et qu'il a rencontré l'acteur Johnny DEEP, et même ,Vanessa Paradis nous dit il tout ému.

    SAINT VINCENT

    Nous prenons une bonne douche sous la cascade et passons un peu de temps dans le jardin bien entretenu. Ce n'est pas payant mais il est bon de faire un don  de 2 $EC à la paroisse. Ce sont les habitants que assurent l'entretien du lieu.

    SAINT VINCENT

     

    Notre guide nous ramène sur la plage et nous indique que les formalités de douane et police ouvrent à 17 heures. nous avons 1 h à perdre en attendant. En bon européen nous sommes de retour devant le bureau à 17h. Au bout d'une 1/2 avec d'autres et ne voyant personne notre inquiétude se manifeste.SAINT VINCENT

    Un homme nous rassure; C'est toujours ainsi avec ce poste. Il nous fait part de son mécontentement et nous explique qu'après 18h c'est "over time" et donc plus cher. C'est un manège qui perdure depuis longtemps et il râle en expliquant qu'il s'occupe du développement du tourisme de la ville mais qu'il n'arrive pas à faire changer le comportement des autorités. Finalement nous aurons terminé nos formalités vers 18h30; normal nous sommes aux Caraïbes .

    Nous pourrons repartir demain sur Ste LUCIE de très bonne heure pour les 28 MN qui nous séparent des deux PITONS notre prochaine escale


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique