•  

     

    JOST VAN DYKE

    Nous partons vers 11h pour l'ile de JOST VAN DYKE qui est située au nord ouest des B.V.I. Courte navigation au moteur de 3 nautiques pour notre mouillage(rouleur et pas très confortable) à "SANDY SPIT"(extrémité est de l'ile en fait située sur l'ilot LITLE JOST VAN DYKE) et la préparation en soirée de "APERO" sur la plage en compagnie des équipages de bateaux connus et retrouvés ici.

    BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)

    L'endroit est magnifique mais le mouillage est rouleur. Un vent de secteur est/Sudest n'arrange pas les choses car la houle nous prend travers.

    Une petite plongée (masque et tuba) est décevante car il ya peu de poissons et les coraux absents contrairement à ce que nous avons vu sur NORMAN ISLAND.

    BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)

    Le réveil au petit matin nous gratifie d' un magnifique lever du seigneur soleil. Pendant le thé matinal une myriade de très petits poissons sont à coté d'ATANUA. Pour leur faire partager notre déjeuner nous jetons quelques morceaux de pain à l'eau. Une belle quantité de poissons divers, multicolores et de belle taille, viennent se restaurer. C'était inutile de faire de la plongée car le spectacle est venu à nous.

    Après une matinée très active à ne rien faire, nous faisons nos adieux à Te ARA et GANECH qui poursuivent leur périple vers l'ouest en direction de PORTO RICO,CUBA et le GUATEMALA. De notre coté une crise de bougeotte impérative nous fait lever notre mouillage. Nous déplacerons ATANUA de 2 nautiques et après une 1/2 heure nous nous installons sur une bouée dans la baie de DIAMOND CAY (Là c'est JOST VAN DYKE)

    BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)

    Une ballade à terre nous invite à prendre un café et admirer le paysage de la baie. La serveuse nous explique que les touristes qui arrivent en "DAY BOAT" vont voir la piscine à bulles sur la cote nord. Piscine à bulles?

    BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)

    C'est une curiosité géologique en fait. Le mer doit se frayer un passage dans un effondrement de rochers afin de pénétrer dans la crique et la plage. Les vagues explosent en pénétrant ce que donne une eau laiteuse chargée de fines bulles d'air. La ballade avec Claude et Nadine se termine sur la terrasse d'un petit LOLO (très cher). Demain? Bof à voir!

    Nous décidons de partir en milieu de matinée car un vent d'Est fraichit en nous pensons être plus confortablement installés à CANE GARDEN BAY sur la cote nord de TORTOLA. Les quelques miles se font "bout au vent" (avec 30/35 nœuds au 135°???)mais les guides nautiques indiquent que cette baie est un des mouillages les plus surs et confortables de TORTOLA.

    CANE GARDEN BAY (TORTOLA)

    Des bouées existent mais le mouillage est possible et autorisé sans gêner les amarrages des bateaux sur bouée. Notre prise d'ancre se fait sans difficulté mais l'inquiétude nous gagne quand ATANUA fait des 360° autour de la chaine en tirant comme un fou sur celle-ci. Le vent tourbillonne et passe en rafale de 4 à 25 nœuds. Confort nous disent les guides!!! Ah !!

    BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)

    Nous passons un moment à terre pour une ballade dans le village typique "caraïbes". La ballade sur "MAIN ROAD" nous mène jusqu'à la distillerie.

    BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)

    Ils y produisent un petit rhum à 90°(frissons garantis au moment de la dégustation). Nous verrons également un américain qui travaille le verre avec talent.

    Dans la fin d'après midi le vent se calme et le grand soleil confirme ce que les guident disent. Nous prenons un "drink" en terrasse sur le bord de la plage et un jeune Sud Africain nous propose un thon de sa pèche pour 25 USD. Annie et Nadine lance une longue négociation financière. Le prix sera finalement de 15USD les 2.5Kgs de la bête. De retour sur ATANUA, Didier  prépare le thon, nous en ferons un tartare qui sera partagé avec "AMANEI" (bien entendu après une somptueuse séance APERO.

    Demain c'est dimanche, et il est question de ne rien faire; Le dimanche c'est férié et l'on ne travaille pas! la plage déserte d'hier est couverte de transat à notre réveil. Attention une arrivée dominicale  de touristes se profile! Ah la la!! que de gens qui ne font rien!

     BRITISH VIRGIN ISLANDS (PartieN°2)


    votre commentaire
  •  

    LES "BRITISH VIRGIN ISLANDS"

     

    Une note de culture et d'histoire*

     

    Les "iles vierges " sont un archipel constitué des vierges britanniques avec trois iles principales (TORTOLA-VIRGIN GORDA-ANEGADA) d'une dizaine d'iles de moindre importance et de nombreux ilots. Politiquement les "BRITISH VIRGIN ISLANDS" ont le statut de colonie autonome de la couronne britannique. La partie Sud/Est de l'archipel dite des iles "vierges" sont territoire rattaché aux Etats-Unis d'Amérique (Saint John, Saint Thomas ,Sainte Croix )

     

    Cet archipel fit le ravissement de Christophe COLOMB en 1493. Il lui inspira un seul nom de baptême pour l'ensemble de l'archipel "les VIERGES" en référence aux 1100 compagnes vierges de Sainte URSULE au 5eme siècle.

     

    L'origine des noms des différentes iles varie selon les sources. On a dit, par exemple, au début que le nom de TORTOLA était dérivé du nom Espagnol de tortue. Cependant il se peut que le nom provienne du Hollandais "TER THOLEN" qui se réfère à THOLEN une ile hollandaise. Ce nom a été changé en TORTOLA par les Anglais et c'est une coïncidence si les tortues ont choisi comme résidence cette ile. Les autres iles ont été nommées afin de servir de repère aux capitaines des bateaux pour leur approvisionnement (par exemple BEEF ISLAND était l'ile où l'on trouvait du bœuf et SALT ISLAND le sel)

     

    Bientôt les Espagnols mirent à sac le nouveau monde. L'un des principaux passage des "FLOTAS" pour rejoindre l'Atlantique frôlait les vierges. Elles devinrent donc un repère de choix pour les flibustiers en majorité Anglais. Tapis dans le dédale des iles, ils bondissaient sur les flottes espagnoles alourdies d'or. Puis leur coup fait, se dissimulaient à nouveau en attendant une prochaine aubaine.

     

    Cette activité, moralement discutable, était fort lucrative. Les Anglais installés depuis 1620 ne quittèrent plus la partie Est des iles vierges. C'est en 1773; que l'Angleterre accorda une charte réunissant cette partie de l'archipel sous l'autorité Britannique. Les " BRITISH VIRGIN ISLANDS" étaient nées.

     

    les "FLOTAS" espagnoles se firent plus rares et la flibuste disparut. Le coton et la cane à sucre devinrent les ressources principales des iles britanniques. VIRGIN GORDA était alors la plus riche et la plus peuplée. L'abolition de l'esclavage ruina les plantations et les derniers grands propriétaires furent chassés en 1858 par une émeute d'anciens esclaves.

     

    La faible population des iles vierges est en quasi totalité d'origine africaine et vécut jusqu'à ces dernières années principalement de petites cultures et de la pèche. Ces dernières années, devenues colonie autonome" les iles vierges britanniques" ont ouvert leur portes aux investisseurs étrangers avec de nombreux avantages fiscaux. TORTOLA devint le Panama des Antilles, car il suffit d'avoir une boite aux lettres comme siège social et de payer une taxe pour que le pavillon des "VIERGES" flotte sur le navire. Effet d'aubaine aussi pour les charters et loueurs de bateaux qui attirent les touristes et plaisanciers (majoritairement Américains)

      

    Il existe une véritable douceur de vivre dans ce coin des Antilles où la sécurité est rarement mise en danger, contrairement aux "vierges Américaines" comme ST. THOMAS.

     

    *extraits du PATUELLI

     


    votre commentaire
  •  

     

    BRITISH VIRGIN ISLANDS

    TORTOLA

    Nous arrivons sur les B.V.I au matin du samedi après une navigation de 17h inconfortable compte tenu des conditions de mer. les 90MN ont été avaéls a une petite moyenne sous génois sans grand voile. Nous abordons les iles par le Sud/Est et les ilots qui précédent TORTOLA (l'ile ou se trouve la capitale ROAD TOWN ou nous devons effectuer nos formalités administratives).

    B.V.I ( Partie N° 1)B.V.I ( Partie N° 1)

    Nous décidons de prendre le passage sud entre PETER ISLAND (que nous laissons sur notre bâbord) et SALT ISLAND (que nous laissons à tribord). Ces iles sont arides et découpées, donnant une impression sévères et solides (la gueule d'un pilier de rugby à la fin d'un bon match).

    Les derniers 8 miles seront plus calmes, protégés que nous sommes par les ilots, et nous pénétrons dans la baie en restant coté ouest pour notre mouillage. Ce n'est pas le plus confort car une petite houle pénètre en même temps que le vent Sud/Est qui nous a accompagné toute la nuit, mais c'est l'endroit le plus pratique afin de faire notre douane et formalités d'émigrations auprès des autorités.

    B.V.I ( Partie N° 1)B.V.I ( Partie N° 1)

    Nous retrouvons Dédale Qui est sur TORTOLA depuis la veille, et nous conseille de nous déplacer sur  la marina ou il se trouve (Village Cay Marina Hôtel) bien mieux protégée car au fond de la baie, mais proche du cœur de la ville et des commodités pour l'avitaillement.

    C'est effectivement super calme, mais la prise de mouillage extrêmement délicate entre les pontons de  la marina, le chenal d'accès et la mangrove au fond (sans parler des bateaux déjà  a l'ancre) dont les fonds remontent rapidement.

    B.V.I ( Partie N° 1)

    Prendre derrière les bateaux pour revenir face au vent prendre notre mouillage semble osé mais le plus confortable. boom!!! Nous sommes scotchés sur un fond de vase (les fonds sont passés de 3 mètres à 0 en une dizaine de mètres.) Nous voici dans de beaux draps, posé dérive relevée, safran percuté et remonté, propulseur envasé.

    Heureusement nos amis d'AMANEI arrivent sur la zone et tel ZORRO, par une savante manœuvre récupère une longue aussière(obligeamment portée par des voisins Canadiens avec leur annexe); et enfin nous arrache de la vase et nous tire à flot à nouveau. Ouf! ATANUA flotte à nouveau et nous prenons notre mouillage sans problème cette fois .Ce ne sera pas le cas d'AMANEI qui pour nous sauver avait ancré du premier essai, ne ferrera son ancre qu'après plusieurs tentatives et un agacement perceptible des bateaux autour.

    Bon maintenant suite à ces émotions passons au moment d'importance "APERO" que Claude et Nadine nos sauveurs ont amplement mérités.

    Demain (dimanche 10/02)petit visite de la ville et quelques courses pour des produits frais.

    Puis départ pour être vers midi sur "BENURES BAY" sur NORMAN ISLAND.

    NORMAN ISLAND

    B.V.I ( Partie N° 1)

    Nous sommes au mouillage dans une baie magnifique et sauvage. Nous mouillons par 11 mètres de fond (inutile de renouveler des exploits dans la vase) et l'eau est d'une telle limpidité que l'on voit clairement l'ancre d'ATANUA plantée dans le fond de sable. De petits poissons s'égaillent  autour de nous, c'est le bon moment pour une petite plongée, masque et tuba, dans les "CAYS" pour en découvrir d'autres avant le repas de midi.

    B.V.I ( Partie N° 1)

    B.V.I ( Partie N° 1)

    Après cette pose dans ce coin paradisiaque, nous décidons de changer de baie en allant contourner la pointe vers "The BIGHT" ou nous serons sur bouée avec plus de sécurité car les vents vont monter pour les deux jours à venir. Cette baie est moins sauvage et plus encombrée par les plaisanciers.

    Petite plongée photos pour admirer les fonds et les grottes de l'est de la baie

    B.V.I ( Partie N° 1)

    Le hasard fait que nous prenons notre mouillage à une encablure de "GANECH" (Notre fournisseur d'espadon à St. BARTH) Joie et retrouvailles "APERO "comme il se doit. Pendant les préparatifs nous voyons arriver "TE ARA" C'est fête.

    Le lendemain direction l'extrême est de TORTOLA à "SOPER'S HOLE"

     


    votre commentaire
  • SAINT MARTIN

    Nous partons de ANGUILLA en fin de matinée après avoir effectué nos traditionnelles formalités. La douane et la police sont charmants et nous souhaitent chaleureusement un bon départ, comme si nous étions de vieux amis.

    Petite navigation vers Grande Anse sur Saint Martin; Nous y reviendrons pour une grande fête d'anniversaire d'ANDREA de TE ARA. Cette petite expérience entre Anguilla et Saint Martin a fait découvrir les différentes allures d'un bateau à nos passagers : d'abord au vent arrière en longeant la cote nord de Anguilla, puis un bord au travers pour laisser la pointe est de l'ile, et enfin un bord de près serré en direction de notre mouillage dans la baie de Grand Case. Petit vent de 15/20 noeuds et une petite houle rendent cette navigation agréable pour les néophytes que sont Josiane et Didier.

    La nuit par contre sera quelque peu agitée car un couloir de vent se crée dans l'alignement de l'aéroport de Grand Case (c'est l'aéroport cote Français, l'international se trouve cote ST. MARTEEN hollandais) Petite visite dans le bourg et regards sur les boutiques. Surprise!!! les prix sont évidement en euro mais le change est de 1Us dollar pour 1 euro. Si vous comptez bien cela fait une remise de 30%,si  vous réglez en dollars. C'est en fait que coté Hollandais (état indépendant associé à la couronne hollandaise) l'euro n'a pas d'usage et il y a beaucoup de tourisme. Nous récupérons des dollars coté français au taux de 1.25 et non de 1.35 qui est le taux d'usage bancaire. Bon Il faut faire avec!

    SAINT MARTINSAINT MARTIN

    Nous décidons de partir vers la marina de Marigot Bay et  faire une pose au ponton pour faire les pleins et passer quelques jours au calme avec nos équipiers. Nous les initions au rite "Apéro" pour l'ambiance et passons une nuit calme. Il parait que Didier, de retour sur Paris a mis Josiane au régime.

    SAINT MARTINSAINT MARTIN

    Nous retrouvons Claude et Nadine, de retour de  Métropole après les douloureux moments pour Claude.

    SAINT MARTINSAINT MARTIN

    Pour le vendredi 1 février nous trouvons un véhicule de 6/7 places -un peu délabré, mais qu'importe- Il nous permet de faire un peu de tourisme autour de l'ile en commençant par la partie nord (coté Français) et un périple qui nous mène :

    - Grand Case (Décidément)

    SAINT MARTIN

    - Anse Marcel - coin chic et cher pour grosse bourse

    SAINT MARTIN

    - Le nord de l'ile avec de magnifiques plages -malheureusement squattées par le tourisme de masse-

    SAINT MARTINSAINT MARTIN

    - Petit repas du midi ( a la marina de Oyster bay dans une restaurant "QUAI OUEST" bon, pas cher et sympathique) puis descente vers le sud et la partie hollandaise. Didier et Josiane ont pris le ferry de cet endroit pour nous rejoindre sur Saint BARTH.

    -Poursuite vers Phillipsburg capitale de Saint Marteen.  Grande plage et magasins de luxe où des paquebots de croisière déversent le lot quotidien de touristes. Il est vrai que le hors taxe et le change rendent les prix attractifs;

    SAINT MARTINSAINT MARTIN

    Nous nous apprêtons au retour vers la marina de Marigot Bay. mais Nadine découvre un glacier Italien (Elle ne peut résister - Pas grave! nous ferons "APERO" plus tard sur ATANUA.

    Nous avons échappé toutefois à un accident violent, sur la route au nord pas loin du carbet d'observation des baleines. Un femme en voiture de face dans le virage prit trop rapidement  a faillit nous percuter. Nous avons fait une embardée pour l'éviter, puis continue notre route. Elle n'a pas réussi à redresser et elle a percute un poteau en béton! Ouf! pour nous, plus de peur que de mal.

    Retour vers la marina où l'on décide de garder la voiture et continuer la visite coté ouest hollandais. Nous renterons ainsi pas très tard pour se faire beaux ,tous  en blanc afin de rejoindre les amis connus, et inconnus , que Georges de TE ARA à invité  pour l'anniversaire des 50 printemps d'ANDREA. Nous sommes une bonne cinquantaine, venus de Paris et autres coins de France, du Brésil, des USA, Belle, très belle  ambiance de retrouvailles d' équipages croisés au hasard des navigations et mouillages. Andréa ne savait rien de cette organisation. La surprise fut énorme et l'émotion au rendez vous

    SAINT MARTIN

    Je vais surement en oublier. Pour ceux qui connaissent, il compléterons peut être. 

    Il y avait : Hubert et sa femme Florence, Jean Luc et Mirella de "LOEVA", DEDALE avec Jean et Jeannine que nous avions retrouvé à la marina, Michel et Corine de "GANNECH", Claude et Nadine d' AMANEI, et d'autres encore comme Yasmina et Remy qui ont tout organisé dans la discrétion et le dos d' Andréa et sa fille Léa.

    Le retour vers Marigot Bay se fera tranquillement vers minuit en prévision de retour vers Paris de Josiane en Didier dont le vol est en début d'après midi de ce trois février.

    Demain, comme d'habitude, petit tour dans les magasins d'accessoires de bateau. La sous -barbe du bout dehors de ATANUA n'a pas résisté au vent qui nous a secoué et doit être remplacé. Les achats faits nous décidons de refaire une halte sur Grand Case  à la fête du "MARDI DE GRAND CASE" qui a lieu chaque semaine. Ambiance CARAIBES assurée avec musique etc.

    Nous décidons de diner dans un "lolo" en bord de plage. non ce n'est pas de la brume sur les photos, mais de la fumée issue des barbecues. il est toutefois interdit de fumer dans le restaurant!!

    Repas et ambiance pour notre dernier repas sur Saint Martin. DEDALE repart vers Marigot; alors que nous apprêtons pour un départ demain 6  février pour 90 M nautiques que nous ferons de nuit afin d'être sur les B.V.I. au matin du lendemain.

    Les préparatifs sont simples et pas de gros soucis Le repas se prépare et hop un petit coup de générateur pour être chargé pour la nuit prochaine; pouf, pouf!!! ce ne marche pas, La pompe d'eau brute ne pompe plus. La galère repart avec ce satané générateur. Nous partirons donc vendredi après réparation. J'ai les pièces et Claude me donne la main! En fin de matinée , ça fonctionne et nous nous préparons au départ!

    Une navigation de 90MN nous attend avec une météo pas vraiment super 12/15 nœuds (que nous toucherons plein vent arrière dans le canal que sépare les deux groupe d'iles ) et la houle plein travers. Aie au moment de lever l'ancre nous avons la visite de la douane pour une inspection de contrôle. Visite très courtoise que durera environ 3/4 d'heure et ne nous retardera pas.


    votre commentaire
  • ANGUILLA

    Départ de Saint Barth en début de matinée pour une petite navigation de 35 nautiques que nous effectuons au portant dans une mer agréable. Nos équipiers sont parfaitement amarinés et nous marchons à une belle allure de 7 nœuds de moyenne. L'arrivée vent debout se fera au moteur pour la dernière demi heure sur le mouillage de "ROAD BAY" prés du village SANDY GROUND. Elle se situe sur la cote sous le vent (nord/ouest ) au milieu de l'ile.

    ANGUILLAANGUILLA

    Cette ile est plate et longue d'ou sont nom "Anguille". Elle était trop sèche et donc peu propice aux grandes exploitations agricoles; la ressource essentielle était tiré de l'exploitation de 25 hectares de salines. La population exclusivement d'origine africaine vivait de petite culture et de pèche.

    ANGUILLAANGUILLA

    Anguilla ne manque pas d'atout, vu le nombre et l'ampleur de ses plages, la beauté des coraux et des multiples ilots sauvages. Cette situation entraine un développement touristique et la construction de grands ensembles (assez bien maitrisé)font flores surtout dans la partie sud ouest dont les plages sont magnifiques, encore sauvages et authentiques. Espérons que les investisseurs ne transforment pas ce coin en une usine à touristes. Il semble que l'aéroport soit petit pour les gros avions ce qui pour l'instant freine l'appétit des " tour opérateur".

    ANGUILLAANGUILLA

    Le mouillage est calme et les formalités se font dans une petite maison commune pour la douane et la police. Le personnel est accueillant, chaleureux, prévenant et attentif à nos besoins. La femme qui nous fera l'entrée nous trouvera un loueur pour une ballade dans l'ile pour le lendemain midi.

    En route pour la visite touristique en commençant par la partie ouest. Il ya peu de chose a voir et pas de site culturel a visiter. La beauté des paysages et des plages sont enchanteurs. Le midi nous découvrons un restaurant en bord d'une plage immense et déserte. Un vrai paradis pour les amoureux de nature et loin des plages surpeuplées.

    ANGUILLAANGUILLA

    Nous entamons notre après midi en direction du nord/est de l'ile et la cote au vent. C'est plus sauvage et ressemble au maquis des régions sud de la France avec une végétation différente, mais basse qui sont balayées par les vents dominants d'est. La cote est aride et découpée, battue par les vagues (imaginez la cote sauvage de Belle Ile avec 20° de chaleur en plus)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique