• Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

     Nous sommes lundi 22 avril. Le réveil sur ATANUA se fait depuis belle lurette aux premières lueurs du jour. Nous profitons de ce premier moment pour préparer notre départ en direction de la Dominique. Nous avons convenu avec AMANEI de nous retrouver à Portsmouth en fin de matinée. Pendant que l’on remonte notre annexe Nadine et Claude son déjà en route.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    La sortie de l’archipel des Saintes est compliquée avec des vents instables en force et direction, nous croisons d’ailleurs un bateau qui navigue à la même allure que nous ??? Mais dans le sens opposé ??

    Le vent s’établit ensuite en force (force 5 entre 20 et 25 Nœuds) et en direction au bon plein pour ATANUA. Nous tenons tête aux deux bateaux qui sont sortis en même temps que nous des iles.

    Loin devant, nous avons AMANEI.

     Nord de la DOMINIQUE

    On arrive à La Dominique vers midi à Portsmouth, une grande baie où l’on est accueilli par Martin, un « boat boy » dans son canot à moteur « Providence » Il nous souhaite la bienvenue dans un français parfait et se propose pour nous guider dans la visite du pays.
    Dans l’après midi, on discute à la VHF avec un français « CORTO » et Annie l’invite le soir à un apéro rituel sur Atanua.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Nous faisons connaissance d’Albert qui nous donne ses bons conseils pour visiter La Dominique, il va même jusqu’à téléphoner à l’une de ses connaissances pour nous servir de guide dans son taxi. Rendez vous est pris pour le lendemain matin.

     Visite du nord de l’ile

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Ce mardi matin nous sommes au rendez vous de 9h 15, pour le départ dans le mini bus d’ALICK notre chauffeur/guide pour un tour par le nord de l’île.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE
    C’est de la forêt exubérante et zone montagneuse et tropicale. Bananiers, manguiers, fougères géantes, palmiers, arbres à pains et autres.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Nous rejoignons la côte à l’est, coté atlantique, jusqu’à CALIBISHIE. La cote très découpée avec quelques petites plages entre des falaises. Il parait qu’Il y en aurait 365 (comme par hasard) Le marketing touristique fait bien les choses.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Aujourd’hui grosse mer, reliquat des 10 jours de mauvais temps que nous avons subi. Les vagues éclatent en grosses gerbes sur les rochers.
    On passe dans la réserve des indiens ARAWACKS des caraïbes, qui sont spécialisés dans l’artisanat. On y achète un masque pour notre collection d’objets insolites ramenés de nos voyages dans les divers coins de la planète.
    Ensuite on atteint Marigot où nous rentrons dans l’intérieur des terres, vers « CENTRAL FOREST RESERVE » avec une route en travaux, que les fortes pluies ont endommagée emportant des tronçons de routes et des ponts. Cela oblige notre chauffeur à faire des détours car il se refuse à nous faire repasser d’où nous venons. Cette forêt est magnifique avec toutes ces plantes et fleurs tropicales.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Vers 13h la faim nous taraude et l’on ne trouve toujours pas de restaurant. On rejoint LAYOUT sur la côte ouest, coté mer des caraïbes. La mer est calme, moins de vagues avec un vent moins fort.

    Toujours pas de quoi se restaurer ; C’est à MERO que ALICK nous trouve un petit resto sur la plage, avec des cocotiers pour l’ombre. La cuisine est simple et agréable. Nous mangerons pour 8€/p.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE


    On reprend la route vers le nord par la route de la cote. Puis, on bifurque sur la droite vers SYNDICATE MILTON FALLS. C’est une route étroite et sinueuse bétonnée qui nous mène dans un chemin de terre. Enfin à pied, nous sommes dans la forêt tropicale et en traversant 2 fois la rivière arrivons à une chute de plus de cinquante mètres. Un peu sportif mais cela vaut le coup, c’est magnifique, humide et sauvage.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    ALICK va nous cueillir quelques pamplemousses et l’on repart vers Portsmouth où nous arrivons sous une pluie digne des tropiques. À l’abri du marché couvert nous attendons de reprendre l’annexe et de retourner au bateau. Une belle journée avec notre guide et des rencontres avec des gens adorables, serviables et attentifs aux besoins des touristes.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    RIVIERE INDIENNE

    Le lendemain nous avons rendez vous avec Martin et son canot « Providence », pour remonter la Rivière Indienne. Il vient nous chercher aux bateaux, AMANEI et nous.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Au moteur nous allons jusqu’à l’entrée de la rivière, puis il passe à la rame, le moteur étant interdit sur la rivière.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    L’eau est presque transparente malgré les récentes pluies diluviennes et les rives intéressantes où l’on trouve d’énormes crabes. Les pieds des arbres de la mangrove ressemblent beaucoup aux fromagers avec des racines très grosses et torturées. Dans les interstices Il y a beaucoup de crabes, mais aussi nous apercevons des oiseaux dans les branches. Il faut vraiment l’œil exercé de Martin pour les voir et nous les signaler dans les arbres. Et on serpente pendant environ 1h, avec langueur dans cette forêt, c’est beau et irréel de calme.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Nous arrivons au cœur de la foret sur un débarcadère où un bar de brousse très décoré nous accueille pour une pose.

    Une Ballade à pied permet à Martin de récupérer une noix de coco qu’il nous débourre puis ouvre, et nous l’offre (ce sera pour les hommes, les filles n’aimant pas la noix coco).

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUEDes SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Arrêt au bar pour se rafraichier et Martin confectionne des oiseaux en feuilles de palmes tressées, c’est étonnant et très joli. On redescend la rivière et notre guide nous ramène aux bateaux.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Ce soir on va danser le reggae, enfin on va voir ce qui se passe chez BIG PAPA qui organise une reggae night tous les mercredis soirs avec musique et barbecue (c’est Albert qui nous l’a conseillé)

    Pas terrible l’ambiance, cela doit dépendre des jours car ce soir c’est morne et le BBQ consistait en un pilon de poulet froid avec un peu de riz, de la banane et un peu la salade.  De plus c’est cher, presque le double de ce que nous avons payé le midi au bar/resto de MERO pour un plat chaud et copieusement servi !
    Heureusement, Nadine s’était méfié on nous avait invités à pendre avant « apéro » à son bord avec des nems salade etc. aussi nous sommes arrivés repus pour ne commander qu’un 1 BBQ afin de goûter avant de nous décider si on en voulait plus. Résultat?  ce n’était pas bon !

    Tant pis, car demain départ pour BATALI et une orgie de langoustes !

    BATALI BEACH

    Le lendemain jeudi 06, départ vers 10h sous la pluie pour BATALI BEACH afin de rejoindre le restaurant du Belge et organiser l’holocauste des langoustes que nous n’avions pu faire en décembre.

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE

    Nous arrivons vers les 11h. Il n’y a plus de bouée disponible, il faut donc mouiller à l’ancre au plus proche de la plage et mettre un bout a terre. Annie plonge à l’eau pour amener le bout à terre mais il  saute du taquet du bateau. Elle le fixe à terre mais fatigue (il y a de la longueur à trainer)  pour le ramener au bateau. La manœuvre n’est pas évidente.

    A Table !!! AMANEI est mouillé et a amarré son bout à terre à nos cotés, nous pouvons donc passer a table. Installés en terrasse nous attendons nos langoustes en sirotant notre rhum. Pas de chance la pluie apparait à nouveau. Nous trouvons refuge a l’intérieur car nous ne sommes pas ici pour le soleil mais pour l’orgie de langoustes.

    De Pointe à Pitre vers Fort de France via la DOMINIQUE

    Pendant le repas Claude constate que son bateau a dérivé ; Finalement il se calera sur le haut fond des alluvions de l’embouchure de la petite rivière qui est au pied du restaurant. Cela ne rassure pas et Claude décide repartir après le repas. Nous déciderons, quant à nous, de rester et de les rejoindre en faisant escale à Saint Pierre sur la Martinique

    Des SAINTES vers la MARTINIQUE via la DOMINIQUE 

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :